fbpx

Épisode 96 – 5 choses à savoir si tu veux travailler de n’importe où

Épisode 96 – 5 choses à savoir si tu veux travailler de n’importe où 2560 1706 Stéphanie Méthé

Si être nomade digitale et pouvoir travailler en ligne de n’importe où est quelque chose que tu as envie, qui t’allume énormément et que tu espères un jour pouvoir vivre. Sache que cette vie est possible.

J’ai énormément de gratitude de pouvoir vivre cette vie que j’ai toujours voulu, ça m’anime et me procure une joie immense. La liberté de pouvoir travailler de n’importe où et d’adapter son horaire selon ses déplacements est un sentiment incroyable.

Toutefois, la réalité est que c’est souvent plus féérique sur Instagram que dans la vraie vie. Dans les stories et les feeds, c’est souvent les avantages qui sont mis de l’avant alors qu’il y a aussi plusieurs inconvénients.

J’avais donc envie de te partager aujourd’hui les 5 choses à savoir si tu veux travailler de n’importe où, inspirant de mon roadtrip de cet été.

Cet épisode s’adresse autant aux personnes qui désireraient s’acheter éventuellement un westfalia ou un vanlife pour pouvoir combiner roadtrip et travail, ou pour les personnes qui désireraient s’installer dans les Caraïbes quelques mois par année pour pouvoir gérer leur entreprise à distance.

1- Tu devras t’adapter

Pour vivre ce genre de vie, c’est important d’avoir une capacité d’adaptation élevée et d’être capable de bien gérer émotionnellement les imprévus.

Surtout lorsqu’on est dans un mode de vie vanning / roadtrip. Derrière ces moments de bonheur incroyables sur la route, il y a aussi toutes sortes de défis qui se présentent à nous, de challenges qu’on n’aurait pas nécessairement à vivre dans le confort de notre quotidien.

Nous avons eu plusieurs défis et challenges, comme le bris de la transmission de la westfalia, notre tente de spare brisé, la perte du cellulaire à mon chum, le manque de wifi, une tempête qui a failli nous empêcher de revenir des Îles et sans compter toutes les petites choses à régler à distance pour la maison.

Que ce soit un plus petit ou un gros challenge, c’est quand même de l’imprévu à gérer qui demande de l’énergie et du temps.

Je pense aussi qu’il faut être capable de reconnaître les limites de sa propre capacité d’adaptation. Il y a des personnes qui ont une capacité d’adaptation beaucoup plus grande que d’autres.

Je voyage depuis l’âge de 5 ans, j’ai fait plusieurs voyages sac à dos et je suis quelqu’un qui est assez simple et qui s’adapte facilement. Un peu chialeuse et dramaqueen desfois sur le coup quand l’incident arrive, mais quelques minutes plus tard je suis déjà en mode solution et quelques heures plus tard, je réalise que l’univers m’a fait vivre ce que j’avais besoin d’expérimenter.

2- Il sera important d’établir tes limites si tu voyages avec d’autres

 Il y a vraiment une différence entre voyager seule et voyager à 2 ou à plusieurs et c’est super important d’établir ses limites avant le départ.

Être nomade digitale ce n’est pas compris par tous. Il y a parfois des personnes dans notre entourage qui croient réellement que Phil et moi on s’amuse et on voyage.

Oui c’est vrai qu’on s’amuse et qu’on voyage, mais avant tout on travaille. On transporte notre maison avec nous lorsqu’on est sur les routes du QC et lorsqu’on voyage dans d’autres pays, on s’installe à un endroit fixe pour pouvoir continuer de faire les tâches de notre day to day et de faire rouler le business.

Peu importe que tu voyages avec ton conjoint, tes amis, si ton BUT est de travailler et de faire cohabiter le plaisir et le travail, ça doit être clair.

Dans mes limites à moi, je ne peux voyager et travailler pour le moment avec des personnes qui n’ont pas d’entreprise et qui n’ont pas le même mode de vie que moi, car j’ai énormément de difficulté à me concentrer au niveau de la business quand je suis avec des personnes qui sont en mode vacances. J’ai beaucoup trop envie d’être en mode vacances moi aussi et je procrastine énormément. J’ai beaucoup de difficulté à dire NON à un pina colada, une balade à la plage et ou encore à un après-midi surf. Ça me tiraille beaucoup de trop devoir dealer avec ça pour le moment, alors que je désire garder le focus sur mon business.

Pour moi être en mode nomade digital et en mode vacances est complètement différent. Quand je suis dans un autre pays pour aller travailler, même si mes horaires sont allégés par choix de vie, je travaille et ma switch est à ON. Lorsque je suis en vacances, je ne travaille pas et ma switch est à OFF.

Voyager avec son conjoint représente aussi un défi, surtout que mon chum est aujourd’hui aussi mon employé. Il est donc important de mettre nos limites à plusieurs niveaux, au niveau du travail, du couple, du voyage, c’était beaucoup de nouveautés pour nous.

Les prises de conscience principales pour moi ont été qu’il faut vraiment séparer le temps qu’on passe ensemble en couple versus comme team de travail, car c’est facile de transporter le travail dans le lit ou dans nos soupers romantiques.

De plus, je suis une fille qui a besoin d’espace et de solitude pour créer. Je n’ai pas eu beaucoup de temps seul avec moi, ça me rendait parfois irritable surtout lorsqu’on vit dans un petit espace.

Dans mon cas, mon chum travaille avec moi, mais si tu as une entreprise et que ton conjoint non, c’est important de mettre ses limites aussi si tu prévois transporter ton bureau avec toi au chalet par exemple. Juste pour que ce soit clair et éviter des déceptions.

Il y a une différence entre reconnaître ses limites personnelles et ses limites en voyage, et je trouve que c’est important de les établir dès le départ et de se permettre d’ajuster les choses en cours de route.

3- Ta gestion d’émotions sera une de tes priorités

En voyage, devant des paysages grandioses à couper le souffle, les fréquences sont souvent très élevées devant la magnificence et la beauté indescriptible qui se retrouve devant nous.

Tout est intensifié, la joie, les pleurs, l’excitation, la créativité, les rencontres, les moments.

Les îles de la Madeleine a vraiment eu cet effet-là sur moi, je ressentais autant la lenteur et la vitesse s’emparer de moi.

La lenteur qui me permettait de prendre le temps de ressentir, d’admirer, d’observer, d’être connecté à mes sens, d’incarner le mantra des Îles ‘’Aux Îles on n’a pas l’heure, on a le temps’’, mais aussi la vitesse à laquelle on peut créer des connexions fortes, puissantes. La vitesse des idées, des uploads que j’ai pu vivre.

Ce doux mélange entre la vitesse et la lenteur m’a amené à vivre des grands UP et des grands DOWNS aussi.

Il y a des jours où je me sentais énergisée à bloc, mon énergie était tellement grande que j’aurais pu escalader le Mont-Everest et monter un spectacle pop au complet.

Il y a des jours où j’étais emparé d’une grande fatigue intense comme si j’avais viré une grosse brosse la veille, mais qu’en réalité je m’étais couché super tôt.

Ce genre de UP & downs pour moi est fréquent en roadtrip, car on bouge beaucoup, il y a du mouvement, on fait énormément de routes, de déplacements, on voit et on vit énormément de choses en peu de temps. C’est normal, mais ça demande un travail sur soi constant au niveau émotionnel.

4- Pour avoir une entreprise abondante, ta structure et ta discipline sera requise

J’ai rencontré quelques entrepreneurs durant mon voyage aux Îles et même avant, qui me partageait à quel point c’est difficile pour eux d’être discipliné et de trouver la motivation pour travailler sur leur business lorsqu’ils sont en voyage.

Certaines personnes me disaient, je ne sais pas comment tu fais pour être sur ton ordinateur au lieu d’aller faire de la paddleboard ou de passer la journée à la plage.

La réalité est que parfois ça me struggle énormément et je trouve ça difficile. Toutefois, ma discipline est la clé pour avoir une entreprise abondante.

Il y a énormément de nomades digitales qui vivent une irrégularité dans leur revenu et qui vivent vraiment des hauts et des bas financiers, ce qui leur cause un stress durant leur voyage.

La raison de cette irrégularité est souvent un manque de structure et de discipline. J’ai coaché des femmes qui voyagent 6 mois et plus par année qui avaient énormément de difficulté à garder le FOCUS sur leur business lorsque le paradis est à leur disposition.

Je crois que ce qui est important est de se créer comme je dis souvent sa propre structure de plaisir. Il ne faut pas que travailler soit une tâche ou une lourdeur. Si ce l’est, c’est qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne pas dans ton modèle d’affaires. Tu peux le réajuster pour qu’il te convienne mieux.

Personnellement mon horaire me fait vraiment vibrer. Je me lève tôt le matin pour faire mon jogging et ma méditation, à 9h je commence mes coachings, formations, réunions, lives. À midi, c’est terminé. L’après-midi je suis libre. Libre ne veut pas dire que je ne travaille plus, mais que je choisis sur quoi je travaille.

Juste mon horaire me motive énormément et me donne envie de travailler et la réalité est que lorsque je voyage, je suis dans une énergie incroyable et j’ai envie de passer du temps avec mes clientes. J’ai envie de les aider pour qu’elles aussi puissent vivent cette vie-là, je suis excitée de leur parler. Assure-toi que ton entreprise te donne de l’énergie, au lieu de t’en enlever.

Lorsque je voyage, je garde aussi en tête mes objectifs et qu’est-ce que j’ai besoin de mettre en place pour les atteindre. Ce qui peut énormément t’aider aussi.

5- Si tu veux éviter de sacrer, vérifie ta connexion internet avant de partir

Si tu travailles en ligne, ton outil de travail numéro 1 c’est l’internet. Sans internet, c’est très difficile de pouvoir être performante dans son domaine. Dans mes premiers roadtrips et voyages, je pensais sérieusement que l’internet serait accessible facilement. À ma grande surprise, il y a beaucoup d’endroits où la connexion est instable et où le wifi se fait rare.

Assure-toi donc de faire tes recherches avant de partir, car je te jure qu’en arrivant là-bas c’est parfois un casse-tête désagréable.

Si tu fais des rencontres 1 à 1 c’est un peu moins pire, car tu peux toujours déplacer un rendez-vous si ton internet est instable, mais si comme moi tu as de gros groupes d’une centaine de personnes et plus, c’est un peu moins intéressant de déplacer tout le monde.

Habituellement, le Canada et l’Europe sont des pays reconnus pour avoir une bonne connexion internet, mais aussitôt que tu te retrouves dans de petits villages, il peut y avoir des problèmes de connexion. Comme personnellement ce qui m’attire le plus c’est ce genre d’endroits et non les endroits touristiques, il m’arrive souvent même au Québec de ne pas avoir accès à une bonne connexion.

Quand tu loues quelque chose, que ce soit un camping, un airbnb, il y a deux choses à vérifier : 

1- S’il y a du wifi 
2- La qualité de celui-ci.

Comment évaluer la qualité de connexion internet ? Tu peux demander la vitesse de l’internet à la personne qui te loue l’endroit, savoir s’il est illimité et rapide.

Petit cours 101 pour ceux qui sont moins habitués avec le langage internet :

25 mgb est selon moi la base à avoir pour travailler. En bas de ça c’est plutôt lent. Si tes besoins sont seulement au niveau des courriels, réseaux sociaux je trouve que ça fait le travail.

50 mgb tu peux utiliser ton internet pour faire des vidéoconférences, ce n’est pas si mal si tu es seule par exemple.

Toutefois avec les besoins que Phil et moi on a. Montage vidéo, téléchargements et transferts de vidéos en 4K, visioconférences avec plus de 100 personnes, en bas de 100 mgb pour nous ce n’est pas l’idéal.

Si tu ne veux pas de problème, j’irai avec un réseau de 100 mgb qui représente une bande passante haute-vitesse.

Il y a aussi la possibilité d’utiliser ses propres données personnelles, mais ça peut aller assez vite donc c’est important d’avoir un forfait intéressant. À l’extérieur du pays, s’acheter une carte SIM et la remplacer dans son téléphone est souvent plus avantageux et moins dispendieux que de prendre ses propres données à l’étranger.

Personnellement, j’ai un forfait Business qui me permet d’avoir actuellement 45 gig de donnée. 45 gig si c’est seulement pour les réseaux sociaux et courriels c’est suffisant.

Pour 1h de Zoom c’est environ 1 à 2 gig. Ça peut aller assez vite. Pour moi mes données me servent de dépannage lorsque je n’ai pas accès au wifi.

Quelque chose qui peut être utile aussi si tu fais de la route, c’est un routeur externe.

Je me suis acheté un petit routeur de la compagnie québécoise Mission LTE qui peut être utilisé au Canada et aux États-Unis. Tu achètes le petit routeur de poche qui est environ 90$ et ensuite tu peux mettre le nombre de gig que tu veux, jusqu’à 200 gig disponibles et tu peux recharger ton routeur par la suite.

C’est assez dispendieux, mais très pratique, moi ça m’enlève un énorme stress d’avoir avec moi mon routeur de poche quand je voyage sur la route.

Il y a d’autres routeurs qui existent et qu’il est possible d’acheter pour voyager à l’étranger, je te recommande de faire tes recherches pour trouver celui le mieux adapté à tes besoins et aux pays que tu visites.

Aller voir des forums est aussi une bonne idée pour bien s’informer avant son départ.

Voilà les 5 choses à savoir que je voulais te partager pour travailler de n’importe où. As-tu l’intention de combiner travail / voyage ou le fais-tu déjà ?

 

Si tu veux encore plus d’outils et d’inspiration, je t’invite à me suivre sur Instagram :

https://www.instagram.com/stephanie_methe/