fbpx

Épisode 88 – Créer sa structure de plaisir dans son entreprise

Épisode 88 – Créer sa structure de plaisir dans son entreprise 2560 1707 Stéphanie Méthé

Le plaisir est l’une des choses les plus importantes pour moi, ça fait partie de ma vie, de mon quotidien, de ma philosophie de vie.

Je pense sincèrement que plusieurs entrepreneures se créent un business pour avoir du plaisir, du temps et de la liberté pour vivre, mais que rapidement on retombe dans des responsabilités qui nous éloignent parfois de ça.

Je dis souvent tu as le choix d’être au service de ton entreprise ou de mettre ton entreprise au service de ta vie. Personnellement je préfère la deuxième option.

Je te partage donc 3 clés pour créer cette structure dans ton entreprise.

1- Libérer son excès d’énergie masculine

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles on se déconnecte au plaisir, mais dans le concept d’énergie féminine et masculine, c’est souvent un excès de masculin qui nous éloigne du plaisir. En harmonisant ces énergies, cela ramènera le plaisir au cœur de notre vie.

Je vais le remarquer chez mes clientes qui sont maman entre autres qui après avoir eu un ou des enfants, vont s’éloigner de leurs désirs profonds pour se rapprocher de leurs responsabilités et de leurs obligations de mamans. Ironiquement quand la femme donne naissance, elle est dans son énergie féminine pure, la compassion, l’amour, l’instinct maternel, la douceur. Et rapidement va retomber dans son énergie masculine (éducation des enfants, lunchs, responsabilités, ménage, lavage) et plusieurs vont s’éloigner de leur flamme intérieure.

Je le vois aussi chez les femmes entrepreneures très performantes, qui sont axées sur les actions, les résultats, la réussite, il est impossible d’être dans la légèreté quand tout est calculé. Moi-même après être sortie du domaine de la radio et de la télévision, j’étais comme ça au début. Je voulais savoir combien de programmes j’allais vendre, à combien de clientes, savoir combien d’argent j’allais faire, de quelle façon. Tout était calculé à la lettre. Ce qui m’a amené beaucoup de frustration, de déconnexion et de colère.

Pourquoi ? Car quand on un plan de match en tête et que ça ne se passe pas comme on veut, dans un excès d’énergie masculine, c’est une grosse défaite à nos yeux et ça nous pousse à vouloir contrôler encore plus.

Alors que dans l’énergie féminine les défaites n’existent pas vraiment. Nous vivons des expériences que l’on accueille avec bienveillance et c’est une évolution constante. On avance go with the flow vers notre destination finale sans se mettre la pression que l’on doit arriver dans 7 jours exactement. On va y arriver, mais quand on s’en fout !

J’ai écouté une vidéo de l’inspirante Josée-Anne Sarazin récemment sur sa chaine YouTube et elle a dit une phrase qui résume parfaitement bien ce que je vous exprime aujourd’hui.

CONTROLLING IS SUFFERING

Quand on est dans le contrôle, on souffre énormément. La pression que l’on se met crée une lourdeur dans notre corps, on devient anxieuse, on imagine les pires scénarios.

Je n’ai pas d’enfants, mais je suis probablement l’une des seules parmi mes amies qui n’en a pas, donc j’ai souvent assisté à des conversations d’accouchement de la part de mes amies.

Quand mes amies décrivent leur accouchement pour la plupart, elles sont toutes unanimes sur la souffrance et douleur qu’elles ont vécue lors des contractions et du moment de pousser le bébé.

Une fois que le bébé est sorti, il y a un comme un relâchement intense, une fierté, un lâcher-prise. C’est possible de respirer à nouveau.

Quand on tente de contrôler dans notre vie, on force, on souffre, on est dans la douleur comme ce que mes amies me décrivaient avec leur accouchement.

Mais un moment donné après la douleur vient la joie, le relâchement, le nouveau-né qui est arrivé.

Mais il y a des femmes entrepreneures qui poussent, poussent, poussent sans arrêt.

Quand on pousse sans arrêt parce qu’on veut contrôler dans notre entreprise, un moment donné ça doit relâcher.

Il y a deux options possibles :

Soit qu’on choisit consciemment de relâcher et de prendre un recul, soit ça pète, car on s’est rendu jusqu’au bout de ce qu’on pouvait aller.

La question : Qu’est-ce que j’ai envie pour moi et pour mon entreprise ?

Est-ce que j’ai envie d’avoir du fun, d’être dans le flow, d’avoir une confiance en moi qui me permet d’atteindre les étoiles.

ou

Est-ce que j’ai envie de contrôler mon succès et mes résultats, mais d’être dépendante de ceux-ci pour augmenter mon niveau de confiance ?

Qu’est-ce qui nous empêche de réellement avoir du plaisir ?

Oui le contrôle, mais aussi la peur de perdre le contrôle.

Parfois la peur de perdre le contrôle est plus grande que l’envie de lâcher-prise.

Ça serait intéressant si tu ressens que tu es dans un excès masculin présentement de te poser les 2 questions suivantes :

1- Quel est mon avantage à contrôler certains aspects de ma vie ?

2- Qu’est-ce que j’évite en agissant de cette manière ?

Quand j’étais moi-même dans cette énergie de contrôle, je voulais contrôler ce que les gens pensaient de moi.

Si je réussissais, puis que j’avais du succès, j’avais l’impression que la reconnaissance des autres augmentait ma confiance et mon niveau de bonheur. C’était totalement inconscient.

Consciemment ce que je veux, c’est de lâcher-prise sur ce que les gens pensent pour pouvoir bâtir ma propre confiance intérieure et être heureuse grâce à ce que je cultive à l’intérieur de moi.

Une fois qu’on prend conscience de notre excès d’énergie masculine, qu’on reconnait ces avantages personnels, il est possible de se reconnecter un peu plus à son énergie féminine pour retrouver une harmonie qui nous permet autant d’avoir du fun que d’être à ses affaires et organisée.

C’est entre autres de cette manière que j’ai pu me connecter davantage à mon énergie féminine.

En faisant des activités douces qui me permettent de m’aimer plus, en faisant du journaling, de la méditation, de la marche dans le bois et surtout en ayant du fun.

2- Augmenter son thermostat du plaisir

Le plaisir est connecté à notre énergie la plus puissante, celle de la femme libre, heureuse épanouie. Lorsqu’on est dans ce feu sacré, il est plus facile de transmettre sa passion, de communiquer avec magnétisme, de développer des collaborations riches, de connecter avec de nouveaux clients.

Le plaisir ouvre la voie à la guérison, c’est ce qui nous permet de nous connecter à la plus belle partie de nous, celle qui rayonne, celle qui brille, celle qui est créative, intuitive, folle, belle, et même sauvage !

La bonne nouvelle, c’est qu’on peut toutes élever notre thermostat du plaisir.

Le concept du thermostat du plaisir est que nous avons toutes à l’intérieur de nous un thermostat réglé à un certain niveau de plaisir. La job de ce thermostat est toujours de revenir à son niveau initial. On peut comparer ça au thermostat que nous avons dans notre maison. Tous les thermostats de notre maison sont réglés automatiquement à 15 degrés. Comme c’est l’été, il monte souvent à 25, 26 degrés, mais quand la température va descendre il va automatiquement se réajuster à 15 degrés.

Si notre thermostat du plaisir est réglé à 4/10, même si pendant quelques jours on est à 7,8 sur 10, il va inconsciemment se réajuster à 6, car il y a un niveau de plaisir qui est acceptable pour chaque personne.

C’est souvent des croyances inconscientes qui se sont installées qui sont la cause de notre stagnation.

L’idée c’est d’aller explorer dans un premier temps, à combien est présentement notre thermostat du plaisir.

QUESTION 1 :

Sur une échelle de 1 à 10 à combien je suis présentement ?

(1 étant j’ai presque peu ou pas de plaisir, 10 j’ai du plaisir quotidiennement)

QUESTION 2 :

Qu’est-ce qui m’empêche de l’augmenter ?

C’est souvent à ce niveau que se cachent des croyances limitantes.

Exemple :

La femme débordée :

Le temps c’est de l’argent, je n’ai pas juste ça à faire m’amuser. Je m’amuserai quand ce sera le temps, quand je serai en vacances.

QUESTION 3 :

Comment c’est possible d’augmenter mon plaisir ?

Une fois qu’on a compris ce qui nous retient à augmenter nos degrés de plaisir, il est possible de trouver un compromis intérieur intéressant qui nous permet d’avoir à la fois du plaisir tout en respectant ses désirs profonds.

La déconnexion du plaisir vient d’un plan intérieur déjà établi, la seule façon de s’en défaire est de revenir à l’intérieur de soi, c’est dans l’introspection que vient la reconnexion à soi.

C’est souvent facile de croire que si notre manque de joie vient de l’extérieur (manque de temps, les enfants, l’argent, les employées à gérer, etc.) alors qu’elle vient de notre perception intérieure.

Il est toujours possible de modifier cette perception pour modifier les résultats que l’on désire.

3-  Se créer un modèle d’affaires et une structure qui nous ressemble

La dernière étape et non la moindre c’est de se créer un modèle d’affaires et une structure qui nous correspond.

Je n’aime pas les modèles d’affaires toutes faites, prédéfinies où on fait un copier-coller d’une formule et HOP voici maintenant le plan de match.

Je crois que chaque personne, chaque personnalité est différente et que si on veut vraiment être heureuse, personne d’autre que nous ne peut élaborer notre plan d’affaires.

Si tu avais une baguette magique et que tu avais ton business de rêve à partir de maintenant, à quoi ça ressemblerait ? Où serais-tu ? Avec qui ?

Serais-tu sur le bord de l’eau avec ton mari et tes enfants ?

Serais-tu sur une plage du Mexique avec ton ordinateur et la possibilité de travailler de n’importe où ?

Vivrais-tu dans un écovillage avec ta famille pour réduire l’empreinte écologique et revenir à un mode de vie plus axé sur le partage ?

Pour créer un modèle d’affaires et une structure qui te correspond tu dois être mesure de visualiser ta vie de rêve de façon comme si tu avais la vision d’un aigle.

C’est une cliente qui me parlait récemment dans un cours de la puissance de l’œil de l’aigle qui a une acuité visuelle incroyable. L’aigle a un champ visuel de 340 degrés qui lui permet d’avoir une vision périphérique où il peut mieux percevoir ses proies.

Plus comme l’aigle qu’on développe cette acuité envers notre vie de rêve, plus qu’on arrive à précisément voir et ressentir ce que ça pourrait être cette vie, plus ça va nous permettre d’aligner nos choix, nos actions et nos décisions.

Transporte-toi dans cet univers où tout est possible et visualise ta journée de rêve parfaite.

Moi si j’avais une baguette magique, je me transporterais sur une plage de Bali ou des Caraïbes, mes matins serviraient à faire mes coachings avec mes clientes et mes rencontres d’équipe. L’après-midi, je partirais en scooter pour explorer l’endroit, j’apporterais mon cahier de notes pour écrire mes contenus sur le bord de l’eau, mon chum et moi nous  nous amuserions à faire des vidéos, à nous baigner et à nous amuser.

Cette vie de rêve là, c’est ce que je vis présentement. Je ne suis peut-être pas à Bali ou dans les Caraïbes, mais au moment où j’enregistre cet épisode, je suis dans un bateau près de l’eau. Il est midi, je viens de finir mes coachings et rencontres de la matinée, cet après-midi je pars en bateau avec ma famille et on prévoit mon chum et moi tourner une vidéo sur une île près du chalet à mes beaux-parents. Ma vie de rêve en fait, je la vis en ce moment, mais pour en arriver là, je me suis créé un modèle et une structure qui me permet de vibrer à ce rythme.

Comment c’est donc possible d’adapter ton modèle d’affaires actuel à ta personnalité et ta vie de rêve ?

Si tu as envie justement d’être accompagné pour optimiser ton modèle d’affaires, l’adapter davantage à ta personnalité et ton mode de vie, les inscriptions pour le Bootcamp sont commencées, il est possible de nous écrire à [email protected] pour obtenir une entrevue de sélection avec un des membres de l’équipe. La cohorte 8 débutera le 20 septembre prochain. Tu peux aussi consulter toutes les informations de cet accompagnement intensif de 3 mois au www.stephaniemethe.com/bootcamp