fbpx

Épisode 72 – Comment cesser de filtrer sa créativité et diluer ses idées folles ?

Épisode 72 – Comment cesser de filtrer sa créativité et diluer ses idées folles ? 2560 1707 Stéphanie Méthé

As-tu l’impression parfois de filtrer ta créativité ? D’avoir une idée incroyable, flyée, magique, extraordinaire qui vient de ton intuition, de ton cœur. Ça vibre fort à l’intérieur de toi, c’est multicolore, c’est puissant. Plus ta grande idée passe à travers ton filtre de peurs, de croyances, plus elle devient petite et même diluée.

C’est comme si ton idée qui aurait pu changer le monde passe dans un filtre à café, au début cet éclair de génie est pur et plus elle passe dans le filtre, plus il y a de petits morceaux qui accrochent, ces petits morceaux représentent tes peurs, tes croyances, tes limites. Ce qui fait qu’une fois passée à travers le filtre, elle n’est plus aussi originale que ce qu’elle était.

Elle devient moins ambitieuse, plus réaliste et moins risquée. Mais est-ce vraiment ce que l’on veut, diluer ses idées pour qu’elles passent mieux aux yeux de tous, de la société, de nos proches ? Est-ce que c’est vraiment en se confortant dans un moule qu’on arrive à avoir un impact transformateur sur les autres, à se démarquer, à faire voir son entreprise à travers le lot immense de tous les autres business qui tentent de se faire voir sur le web ?

Dans cet article, je te partage mes meilleurs trucs pour cesser de filtrer ta créativité et diluer tes idées folles, pour avancer vers la réalisation de tes rêves.

Comment savoir que ton intuition est bonne ?

Premièrement, il faut être capable de reconnaître une intuition, ce qui est plus facile chez certaines personnes que d’autres.

En neuroscience, on a fait des études à ce niveau-là qui prouve que l’intuition est une sensation. Elle se traduit par des informations sensorielles qui sont captées par notre cerveau et qui se transmettent à notre inconscient.

Si on n’apprend pas consciemment à reconnaître les signes de son intuition, ce sera plus difficile de savoir si notre idée vient vraiment de nos trippes ou de notre côté rationnel, de ce qu’on pense qui serait une bonne idée.

En même temps, on a toutes déjà senti physiquement quelque chose qui nous dit go, c’est ce que tu veux, fonce. Et après, c’est souvent là que ça se gâche pour certaines personnes. Car l’intuition passe à travers notre processus de pensée et on la dilue.

Quand personnellement j’ai une intuition, c’est presque toujours le même feeling. Je ressens une espèce de vaisseau lumineux qui traverse mon ventre et qui se rend jusqu’à mon esprit. Ça pétille et c’est puissant. J’ai aussi remarqué que mes plus grandes intuitions viennent lors des jours précédents ou suivant une pleine lune.

Il y a 4 critères pour moi afin de déterminer si OUI ou NON je passe à la prochaine étape et je mets en place la machine pour transposer ce rêve en réalité.

1 La répétition :

Est-ce que l’intuition que j’ai eue revient constamment dans mes pensées et dans mon corps ? Selon moi, c’est important de laisser mijoter une idée qu’on a eue juste pour voir si elle a toujours du sens après 24h, 48h, 72h.

Cela nous permet de savoir si c’est une intuition réelle ou une impulsion. Pour moi une intuition c’est quelque chose qu’on peut prendre le temps de réfléchir et qui va revenir dans nos pensées, dans notre corps. Si après quelques jours, je suis toujours en train de penser à ce rêve, ce projet, il y a de fortes chances que je le fasse.

Toutefois, une impulsion pour moi, c’est un sentiment d’urgence d’agir.

Quand j’étais jeune, j’étais très impulsive. Je prenais des décisions rapidement que je regrettais souvent. J’agissais vite et souvent par peur. Par peur de faire une erreur, de manquer le bateau, de souffrir même.

J’ai encore cette tendance-là à vouloir agir rapidement, dans mon énergie masculine. J’ai toutefois appris à me déposer avec l’idée, à méditer, à me tirer aux cartes, à voir si c’est encore là demain, après-demain.

Ça demande de développer une certaine patience, mais qui est payante.

Si ton intuition revient sans cesse dans tes méditations, dans tes cartes, dans ton cœur, dans tes rêves, c’est probablement une bonne idée.

2- Le plaisir :

Est-ce que je vais avoir du fun à faire ce projet-là ? Sur une échelle de 1 à 10, quel est mon niveau de joie intérieur ? Quand je pense au processus complet et non seulement au résultat, est-ce que je ressens de la joie ?

C’est facile de ressentir de la joie à la finalité, mais est-ce que le processus complet du projet est plaisant ?

3- Les valeurs

Est-ce que mon idée est en alignement avec mes valeurs ? Si j’évalue le projet en fonction de mes 5 valeurs les plus importantes, est-ce que ça tient la route ?

Par exemple, deux de mes valeurs super importantes sont la liberté et l’épanouissement et récemment on m’a proposé un contrat très payant, dans mon champ de compétences, mais où je ne me sentais pas complètement libre. Je sentais que je devais me conformer à une structure organisationnelle qui ne me plaisait pas et quand j’ai pensé à ma valeur d’épanouissement, je n’ai pas l’impression que je me sentirais épanouie dans ce projet. J’ai dit non après y avoir réfléchi.

4- Les Ressources

Les ressources pour moi représentent autant les ressources énergétiques, financières et humaines.

Les ressources énergétiques représentent le niveau d’énergie que ça va te prendre. Est-ce que tu vas être épuisée ou drivée par ce projet-là ?

Les ressources financières représentent combien d’argent ça va te coûter tout ça. Est-ce que c’est réaliste ? Et si c’est un risque, est-ce un risque qui en vaut la peine ?

Les ressources humaines représentent les personnes qui seront impliquées dans le projet (délégation, sous-traitant, etc.).

Maintenant, comment conserver l’idée originale et pure, sans trop la diluer ?

Prendre conscience des filtres mentaux qui diluent nos idées

Le filtre de nos programmations limitantes :

Souvent, la meilleure idée se manifeste en quelques secondes seulement, donc aussitôt que tu as une bonne idée que ce soit dans la douche, en forêt, en train de faire la vaisselle. La première chose à faire est de l’écrire sans jugement. Écris-la dans ton cellulaire ou dans un bloc-notes sans la diluer.

Une fois que tu as une idée qui vient directement de ta source intérieure, ton processus de pensées s’active, entre dans tes programmations internes et peut tout détruire avant même que tu aies le temps de construire quoi que ce soit.

Ça t’est surement déjà arrivé d’avoir une superbe idée et au bout de quelques secondes, elle n’est plus bonne ? C’est souvent parce qu’elle a été filtrée à travers tes programmations limitantes qui déforment ta perception et qui font en sorte que tu te mets à douter.

Autant notre discours intérieur que celui des autres viennent entrer en interférence avec notre source.

Tes programmations limitantes viennent de tes expériences de vie, de tes souvenirs, de ce que tu as vécu étant enfant. Comme ton cerveau veut te protéger, il scanne à travers ton réseau de souvenirs, ce qui se rapproche le plus de ce que tu as vécu de similaire. Parfois ça peut être une expérience qui t’a fait souffrir, donc pour éviter la souffrance, tu éviteras complètement le projet.

Tes programmations empêchent la manifestation de qui tu es, de ce qui te fais vibrer, de ce qui te nourrit intérieurement, donc jusqu’où veux-tu que le filtre intervienne ?

Dans les dernières années, personnellement, j’ai fait beaucoup de travail au niveau de mes blocages, de mes patterns inconscients, autant en PNL, en hypnose, qu’en psychologie aussi. Ça fait en sorte que mon filtre est de plus en plus mince, même s’il y en aura toujours un.

Ça se peut toutefois que le tien soit très épais, puis quand il est épais, ça dilue énormément ton idée.

Ton intuition peut être remise en doute par ton environnement immédiat (famille, amis, proches), tes propres croyances (je ne le mérite pas, je ne suis pas à la hauteur) et ton identité (je ne suis pas ce genre de fille là) …

L’exercice que je t’invite à faire si ton idée de cœur te donne mal au cœur :

1- Écris la raison pour laquelle j’ai décidé de ne pas mettre en place maintenant ce projet qui m’anime tant ?

2- Est-ce que physiquement je me sens bien avec cette décision ?

3-Est-ce possible d’enlever quelques paramètres pour réaliser cette idée-là ?

Toutes les fois que j’ai écouté mon cœur et balayé mes croyances, mes peurs, je n’ai jamais regretté d’avoir pris cette décision aussi folle ou flyée qu’elle a été.

Je te laisse sur cette citation inspirante qui pourra probablement te guider à faire le bon choix pour toi :

” La créativité nécessite le courage de se débarrasser de ses certitudes. ” –Erich Fomm

 

D’ailleurs, si tu as besoin d’inspiration pour écrire tes textes sur les réseaux sociaux et connecter avec ton audience,  je t’invite à passer 7 jours avec moi pour apprendre à utiliser les 5 voix qui peuvent te permettre de manifester ta vie de rêve et plusieurs autres surprises.

Tu peux t’inscrire juste ici : https://flyee.stephaniemethe.com/5voix